Feature Story

Espace Jeunes de Tsihombe: Un pas vers le dividende démographique!

12 June 2017

Les commentaires sont unanimes ! La mise en place de l’Espace Jeunes de Tsihombe est salvatrice pour la jeunesse de cette commune rurale de la région d’Androy, située à 1 032 km de la capitale faisable en 18h en voiture,  et dont les routes pour y arriver ne sont praticables qu’en véhicule 4x4. Libre expression d’une jeunesse rurale souvent oubliée mais faisant partie intégrante du moteur pour l’atteinte du dividende démographique.

Tout en assistant au match de basket ball qui se déroule sur le nouveau terrain de l’espace jeunes « Tafara maroroke » de Tsihombe, offert par l’UNFPA Madagascar, nous avons recueilli le témoignage de 3 jeunes femmes, toutes habitantes de la commune rurale de Tsihombe.

Ulla, 19 ans, en classe de Terminale

Je m’appelle Ulla, j’ai 19 ans et je suis en classe Terminale.

« Cet espace jeunes fait vraiment la fierté de Tsihombe. C’est la première fois que nous, les jeunes d’ici,  avons droit à une si belle infrastructure. Sans hésitation, je peux dire que oui, il va changer la vie des jeunes de ma localité. Si d’habitude, par manque de loisirs sûrement, les jeunes s’adonnent à l’alcool et à la drogue, ne font que glander et se détruire mutuellement, maintenant, nous pouvons venir auprès de ce centre. Maintenant, nous pouvons apprendre la musique, et faire du sport sur une infrastructure qui suit les normes. J’ai également suivi la formation pour les jeunes pairs éducateurs sur comment sensibiliser les jeunes sur les dangers des IST, du VIH Sida, des relations sexuelles et grossesses précoces. Les informations que j’ai reçues, on ne nous les apprend pas à l’école et je suis fière de pouvoir les partager avec les jeunes de mon âge afin qu’ils puissent adopter des comportement plus responsables face à la sexualité et pouvoir faire le lien entre les maladies, leurs comportement et la réussite de leur avenir. Nous avons déjà commencé à faire les sensibilisations, les jeunes sont assez réceptifs. La promesse que je vais vous faire : Je vais faire mon possible pour sensibiliser le maximum de jeunes sur la santé sexuelle et sur la toxicomanie, et les amener à fréquenter cet espace qui offre une nouvelle chance aux jeunes de Tsihombe ! »

Coralie, 19 ans, en classe de Première

« Moi, je suis très contente de l’existence de cet Espace jeunes à Tsihombe ! J’aime chanter et faire du basket et là je me dis qu’enfin, nos voix ont été entendues ! A mon avis, cet espace jeunes va changer la vie des jeunes de cette commune car maintenant, nous avons une infrastructure de loisirs et d’information. Ayant participé à la formation sur comment communiquer efficacement avec les jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive, je suis moi-même sensibilisée sur la question. Et quand tu vois que la plupart des jeunes filles de ma région se trouvent déjà enceinte dès l’âge de 14 ans, je me dis que maintenant, j’ai mon rôle à jouer afin que d’autres jeunes filles n’aient plus à subir cela et que les jeunes garçons aient des comportements plus responsables. Mon objectif maintenant, et surement que c’est celui des jeunes pairs éducateurs qui ont été formés, c’est de faire en sorte que les jeunes de Tsihombe reviennent dans le droit chemin, ne tendent plus vers les comportements malsains (drogues, alcool, sexualité à risque, …), et nous allons nous appuyer sur l’existence de cet espace jeunes pour y arriver. Je peux vous dire que ça ne va pas être facile mais en même temps, je peux également compter sur le soutien de mes parents qui m’encouragent dans cette démarche bien que parler de sexualité reste encore assez tabou. »

 

Tiana Lalaina, 30 ans, enseignante

« Je suis vraiment heureuse ! Heureuse que maintenant la jeunesse de Tsihombe puisse avoir une infrastructure de loisirs qui les remettent dans le droit chemin et à adopter de comportement sains. C’est triste de voir une jeunesse aussi talentueuse s’adonner à l’alcool, au tabac ou à la drogue par manque de loisirs dans notre localité. Les conséquences sont dévastatrices avec nos jeunes filles qui tombent enceinte trop tôt et qui sont obligées d’abandonner leur scolarité. Aujourd’hui, nous commençons déjà à voir le résultat de cet espace jeunes. Lors du tournoi sportif organisé avant cette inauguration, nous remarquons de plus en plus de jeunes viennent encourager leurs amis sportifs au lieu d’aller dans les bars et une poignée de jeunes commence également à apprendre à jouer au basket ball et au volley ball. Je redeviens optimiste pour l’avenir de la jeunesse de notre localité et tient particulièrement à remercier le Ministère de la Jeunesse et l’UNFPA pour cette action qui fait la fierté de notre village. »