Vous êtes ici

Consultant(e) individuel(le) data manager pour la gestion des informations relatives aux violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG)

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Appui à la prévention et réponses aux violences sexuelles et basées sur le genre financé par la Norvège, il est prévu renforcer le mécanisme de suivi et évaluation de la mise en œuvre opérationnel. Afin de mieux assurer la coordination et le suivi des interventions en matière de prévention et de réponse aux VSBG, le projet soutient la mise en place d’un système intégré de collecte et de traitement des données sur les VSBG à travers l’harmonisation des outils et des bases de données. Pour ce faire, un (e) consultant(e) data manager sera recruté(e) pour collecter les informations relatives aux cas de VSBG pris en charge au niveau des services appuyés par le projet, de les organiser en bases de données exploitables et de les sauvegarder durablement.

Le/la consultant(e) travaille sous l’autorité du Représentant de l’UNFPA et sous la supervision directe du Coordonnateur du Projet et travaille en collaboration avec la Chargée de Suivi Evaluation.

  • Etre titulaire au moins d’un diplôme de master en informatique, statistiques, démographie, développement social ou autres disciplines connexes ;
  • Justifier au moins 5 ans d’expériences dans la conception de base de données avec à son actif le développement d’au moins une (01) base de données ;
  • Avoir au moins 2 ans d’expérience en transfert des connaissances et en renforcement des capacités;
  • Avoir une bonne connaissance et compréhension des évaluations quantitatives, de la collecte, de l'analyse et de la communication de données, en particulier en ce qui concerne l'analyse démographique en lien avec le genre ;
  • Avoir une bonne compréhension des problématiques de genre, de sécurité et d'éthique liées aux données sur les VSBG ;
  • Avoir une connaissance du SIG est souhaité
  • Avoir une bonne maîtrise du Français (oral et écrit) et bonne connaissance de l'Anglais

Le fait d’avoir travaillé avec le système des Nations Unies serait un atout