Vous êtes ici

« Sauver des vies, Sage-femme : c’est ma carrière envisagée »

Henriette a 21ans, étudiante sage-femme, 3ème année à l’Institut de Formation Inter-Régional de paramédicale (IFIRP) de Tuléar.

Quand j’ai eu mon diplôme Baccalauréat, j’ai décidé de continuer mes études à l’IFIRP pour réaliser mon rêve d’enfant de devenir « Sage-femme », car je veux aider les femmes à donner des vies et les voir heureuses.

D’abord, je devais passer une première année à la faculté de médecine de l’Université  de Tuléar; à l’issu de cette année un concours m’a permis d’intégrer à l’IFIRP. En deuxième année, notre formation était axée sur des connaissances théoriques en obstétrique et pédiatrie ; ainsi qu’en culture médicale et en formation pratique avec de nombreux stages. Après avoir achevé les cours théoriques en nursing, nous devions passer en salle de compétences pour faire les pratiques.

En 2018, c’était un grand plaisir pour moi de passer à l’étape suivante car j’avais hâte de faire de la pratique. En plus, le laboratoire de compétences de notre IFIRP a été rénové et c’était vraiment rassurant. La salle est là, bien réhabilitée avec des modèles anatomiques pour les travaux pratiques, afin d’améliorer l’apprentissage en accouchement ; réanimation du nouveau-né et prise en charge de l’hémorragie. Mes motivations de devenir sage-femme grandissaient de plus en plus.  En plus, nous avons eu de la chance car nos monitrices et nos référents de stage sont composées d’une équipe forte ayant été formée en « Enseignement Basée sur les Compétences » ; ceci nous a beaucoup aidé pendant l’apprentissage en salle et nous a permis de bien assimiler les modules pendant la période de pratique.

Je voudrais faire un appel à toutes celles qui désirent suivre cette voie : réalisez votre rêve, ne l’abandonnez pas, le pays a grandement besoin de vous, être sage-femme c’est le plus beau métier du monde !

On a quatre stations de pratique dans notre laboratoire où l’on peut exercer dans quatre domaines : accouchement normal, prise en charge de l’hémorragie du post-partum, réanimation du nouveau-né, et la Planification familiale du post-partum. Afin que chaque étudiant bénéficie de maximum de pratique, l’institut organise deux encadrements par semaine dont une monitrice encadre quatre étudiantes sages-femmes par station suivant les normes et standard de la Confédération Internationale des Sages-femmes (ICM).  Quant à moi, même en dehors des jours d’encadrement, vu que la salle est ouverte et qu’il y a toujours une monitrice permanente pour assister les étudiantes qui ont besoin de renforcement de compétence, j’en profite bien, je viens là-bas de temps en temps pour m’exercer. Je déplore juste que le nombre de sages-femmes est encore insuffisant pour pouvoir servir toutes les femmes à Madagascar, je voudrais faire un appel à toutes celles qui désirent suivre cette voie : réalisez votre rêve, ne l’abandonnez pas, le pays a grandement besoin de vous, être sage-femme c’est le plus beau métier du monde ! Et moi, j’ai hâte de pouvoir pratiquer !

Ce laboratoire de pratique de l’’IFIRP Tuléar a été réhabilité grâce au partenariat du Ministère de la Santé Publique et de UNFPA.  Depuis l’année 2018, un total de 138 étudiantes sages-femmes ont pu bénéficier des encadrements et des renforcements de compétences.