Vous êtes ici

COVID 19: Les sages femmes sur le champs de bataille pour assurer le droit à la santé de la reproduction pour tous!

A Madagascar, la majorité des districts et communes présente encore des difficultés d’accès dû à la vétusté des infrastructures routiers. Toutefois, cela n’empêche pas la sage-femme Zo de parcourir des kilomètres en moto à la rencontre des femmes des villages. Zo est l’une des 35 sages-femmes recrutées en 2019 et déployées dans les zones reculées.

« Je travaille auprès du Centre de Santé de Base Niveau 2 (CSB2) de Fotadrevo, qui se trouve à 130km d'Ampanihy, limitrophe de la région Atsimo Andrefana et Androy. C’est une des zones les plus enclavées dans Sud ; les taxis-brousses ne viennent que deux fois par semaine et généralement la population se déplace soit à pied soit en charrette ».

Depuis l’enregistrement de cas positif de coronavirus à Madagascar, Zo a remarqué que la fréquentation auprès du CSB diminue de jour en jour parce que les gens hésitent à aller au CSB de peur d’attraper le virus. Mais en constatant ce fait, Zo a commencé à collaborer avec les agents communautaires pour sensibiliser les femmes à continuer les consultations prénatales (CPN), planification familiale (PF) et consultations post natales (CPoN) auprès du centre. Mais malgré les efforts entrepris, toujours pas de réponse.

« J’ai décidé ainsi de venir vers les femmes et de faire la stratégie mobile en moto deux fois par mois par site.  Je visite deux sites communautaires aux alentours du centre de santé, dont l’une se trouve à 15km (Beteza Haut) et l’autre à 20km (Andranomilitsy) et j’offre tous les services village par village : de la CPN, PF, CPoN et Vaccination. »

« Les résultats sont positifs » martèle Zo « En moi d’avril, j’ai pu faire 644 consultations prénatales, en mai 690 alors qu’en temps normale, la moyenne est de 250 par mois ».

« Pour être franche, le fait d’aller dans au centre de santé me fait vraiment peur car j’ai peur d’attraper cette maladie. C’est ma toute première grossesse et j’ai aussi peur pour mon bébé. C’est pour cela que je ne veux pas aller au CSB pour faire mes consultations. Je remercie vraiment Rasazy Zo de venir chez nous pour ma CPN, ça me rassure énormément. Pour mon accouchement par contre, elle m’a rassuré, je vais aller à l’hôpital » nous a confié Francine, une jeune future mère de 23 ans.

Chaque année, UNFPA appui le Ministère de la Santé Publique pour le recrutement de sages-femmes et en deux ans (2019 - 2020), elles étaient au nombre de 67. Pour cette année, les sages-femmes recrutées appuient les formations sanitaires dans les régions les plus touchées par le COVID à savoir Atsinanana et Analamanga.