Vous êtes ici

"ACCELERER LES PROMESSES" Rapport Annuel 2019 - UNFPA Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles

«Une tâche inachevée: la poursuite de l’acquisition des droits et des choix pour tous». Le rapport sur l’état de la population mondiale met en évidence les progrès réalisés et les engagements non encore tenus depuis la Conférence du Caire en 1994. Le lancement de ce rapport est le point de départ des célébrations du cinquantenaire de UNFPA et des 25 ans de mise en œuvre de l’agenda de la CIPD adoptée en septembre 1994 au Caire.

Des promesses ont été faites depuis 1994. Lors de la CIPD25 à Nairobi, il a été convenu que le temps est venu de mettre en œuvre les améliorations promises pour atteindre les objectifs 3 résultats transformateurs, notamment zéro violence basée sur le genre et pratique néfaste, zéro décès maternel évitable et zéro besoin non satisfait en planification familiale. Ces objectifs devraient être atteints d’ici 2030.

Violences basées sur le genre (VBG)

En marge de la Septième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD7), lors d’un événement co-organisé par l’Organisation des premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDAD), UNFPA et l’Union Africaine, les Premières Dames d’Afrique se sont réunies pour intensifier les efforts visant à lutter contre les violences basées sur le genre. Madame Mialy RAJOELINA, Première Dame de Madagascar a déclaré qu’un moyen sûr d’éradiquer la violence basée sur le genre est de s’unir pour affronter le fléau. Dr.Natalia Kanem, la Directrice exécutive de UNFPA a exprimé sa fierté de s’associer avec OPDAD.

A la suite des deux conférences sur la violence sexuelle et la violence basée sur le genre en Norvège et au Japon, Madame Mialy RAJOELINA, Championne de la lutte contre la violence basée sur le genre à Madagascar, s’est personnellement engagée et a participé activement à cette lutte. Pour débuter la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence faites aux femmes et aux enfants, sous son leadership et en tant que Présidente de l’Association Fitia, le premier centre spécialisé pour la prise en charge intégrée a ouvert ses portes à Antananarivo, en partenariat avec le ministère de la population. On y offre aux victimes une assistance juridique, sociale et médicale, ainsi qu’une formation.

Toujours dans le domaine de la VBG, le 13 décembre 2019 a été votée la loi 009/2019 contre la violence basée sur le genre. A la suite de cette adoption, Madame Mialy RAJOELINA a déclaré de cette loi que «c’était une victoire pour les femmes et les enfants victimes,une percée pour mettre un terme à l’impunité et un grand pas pour la justice sociale». Par ailleurs, des brigades féminines de proximité ont ouvert leur porte à Tuléar, Antsirabe et Majunga après celle d’Antananarivo.

Jeunesse

Le sport a été mis à profit pour mener une campagne de sensibilisation de grande envergure contre la violence basée sur le genre,le mariage et la grossesse précoce, l’IST VIH/SIDA, etc. parmi les cibles clés. Les Jeux des Iles de l’Océan Indien et la Coupe d’Afrique des Nations ont été les deux événements sportifs majeurs où a été diffusée une vidéo et ont été distribuées des publications de sensibilisation avec la participation des athlètes et des footballeurs.

Dans le contexte de la CIPD25, les jeunes de Madagascar, des Comores, de Maurice et des Rodrigues et des Seychelles ont signé leur engagement dans le but d’accélérer les promesses faites lors du Sommet. Les jeunes des Seychelles ont exprimé leur engagement à travers un poème dont le titre est «Reaching Out, I’ll Be There». De plus, un projet d’autonomisation des femmes et des jeunes pour le développement a été mis en place à Maurice/ Rodrigues en partenariat avec l’ Organisation Internationale du Travail et l’Assemblée régionale de Rodrigues.

On accorde un rôle prépondérant à la jeunesse, en particulier lorsqu’il s’agit de les impliquer dans des conférences nationales, régionales et internationales. Le but étant de les responsabiliser au niveau social, de les faire participer à la prise de décision et aux négociations internationales.

Cette année, le thème principal de la Journée internationale de la jeunesse a été de «Transformer l’éducation». Ce thème a pour objet de rendre l’éducation plus adaptée et plus ouverte aux jeunes. Ainsi, ils ont été responsabilisés sur leur corps,leur vie et le monde qui les entoure.

Santé sexuelle et reproductive, planification familiale

A Madagascar, UNFPA a élargi son partenariat avec le secteur privé tel que Filatex, dont l’activité principale est l’immobilier. Sa contribution portait essentielle- ment sur la réparation des femmes victimes de fistule obstétricale. La coopération avec le peuple japonais dans l’amélioration des offres de services en matière de santé maternelle et de réparation de la fistule obstétricale contribue au relèvement certain de la population dans le Sud de Madagascar. Au niveau national, un réseau de soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU) a été mis en place pour la période allant de 2020 à 2024. Par ailleurs,on note une augmentation croissante de l’utilisation ainsi que des services offerts en matière de planification familiale grâce aux plaidoyers de UNFPA et de ses partenaires pour la détaxation des produits contraceptifs. En plus de ceux qui sont déjà sur le marché et dans les centres de santé, la gamme des implants s’est élargie pour donner plus de choix aux utilisateurs.

Aux Comores, UNFPA a réaffirmé son engagement par la formation de 30 sages-femmes et médecins avec pour objectif de réduire la mortalité maternelle et néonatale. UNFPA s’est encore une fois engagé à aider au renforcement de capacités des prestataires de service. Le Japon s’est joint à UNFPA pour améliorer les services de santé et de planification familiale.

Population

Selon le recensement général effectué en 2018 à Madagascar, les résultats préliminaires montrent que la population malgache a doublé en deux décennies et atteint

plus de 25 millions. En collaboration avecUNFPA et USAID, la feuille de route nationale sur le dividende démographique a été lancée par M.Richard RANDRIAMANDRATO, Ministre de l’économie et des finances. La priorité est donnée à la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes, à l’emploi, et à l’entrepreneuriat qui sont parmi les piliers de la capture du dividendedémographique.

En ce qui concerne les Comores, on compte actuellement plus de 700 000 le nombre de la population totale selon le 4ème recensement. L’analyse et l’exploitation des données ont été effectuées grâce à UNFPA et la BanqueMondiale.

A l’île Maurice, la politique nationale de la population a été validée en vue de répondre aux questions de déclin de la fertilité et du vieillissement de la population qui sont des problèmes spécifiques.

Le retour de UNFPA aux Seychelles a été marqué par la célébration du 25ème anniversaire de la CIPD et du 50ème anniversaire de UNFPA ainsi que le lancement régional du Rapport sur l’état de la population mondiale 2019. En marge de ces activités, UNFPA a pu échanger avec le Gouvernement des Seychelles sur les priorités du pays, échanges concrétisées par la signature du plan de travail se focalisant sur les questions de la santé de la reproduction.

Mobilisation des ressources

Pour 2019, UNFPA est sur la bonne voie pour atteindre le but de 2030 qui est défini par la CIPD25. Il a renforcé son partenariat avec des pays donateurs, des agences des Nations Unies et le secteur privé. UNFPA a optimisé la mobilisation des ressources, avec pour résultat un doublement de la capacité de mobilisation des ressources par rapport à 2018.